Balla Sanogo, formateur Etoiles Mandé : « Jouer, progresser, prendre plaisir, c’est notre mot d’ordre »

0
970

Balla Sanogo, entraîneur formateur à l’Académie des Etoiles du Mandé et passé par l’Académie Jean Marc Guillou de Bamako entend apporter toutes son expertise à ses jeunes joueurs pour qu’ils puissent devenir comme les Diadié Samassékou, Amadou Haidara, Yves Bissouma… Il a dévoilé ses propos lors d’une interview à bâton rompu. Celui qu’on surnomme coach Balla est revenu sur ses débuts et son amour à l’endroit des jeunes footballeurs.

 Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis coach Balla Sanogo, éducateur de football à l’Académie des Etoiles du Mandé basée à Badougou Nafadji dans le Mandé.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours de formateur de football jusqu’à nos jours ?

Avant d’être entraîneur de football, j’ai été joueur de football.  J’ai fait la majeure partie de mon enfance à Abidjan en Côte d’ Ivoire. C’est après avoir joué au football que l’amour de devenir entraîneur-éducateur est venu en moi. De ce fait j’ai commencé à former déjà en Côte d’Ivoire au Centre de formation de football Roman CAP d’Anyma de Côte d’Ivoire. J’ai passé trois années d’exercice en tant que formation (2006, 2007, 2008). J’étais responsable de la formation des U-13, U-15, U17 et U-20 à ce niveau. C’est en 2008 que je suis rentré au Mali. Sur place, j’ai fait six mois d’abord avec l’équipe réserve de l’USFAS (club de Ligue 1 malienne). Au même moment l’entraînent des enfants de l’Académie de football du Stade Ouezzin Coulibaly de Bamako. Naturellement, après l’USFAS je me suis concentré uniquement sur la formation des enfants par amour envers les petits. Parce que c’est l’âge d’or où les enfants peuvent acquérir les techniques du football. J’ai fait deux ans au Centre du stade Ouezzi Coulibaly (2011-2012). Mais au stade Ouezzin Coulibaly, nous avons joué beaucoup de matches amicaux avec l’Académie Jean Marc Guillou. C’est à partir de là que les contacts se sont crées entre moi et l’Académie Jean Marc Guillou de Bamako.

Pour rappel, Jean Marc avait besoin d’éducateur pour essayer d’épauler ses éducateurs sur place. Il a contacté ses éducateurs sur place qui en retour, m’ont contacté et chercher à savoir si m’intéressait de venir travailler ou de faire un stage à l’Académie JMG. J’ai accepté parce que qui aime les enfants quand tu es avec eux tu te retrouves facilement. C’est de là que le contact est passé. Là on m’a donné une période de six de stage. Mais au bout de deux mois j’ai été engagé par l’Académie JMG. J’ai passé 7 ans làba entre 2012 et 2019.

 Comment vous êtes alors à l’Académie des Etoiles du Mandé ?

En fait, coach Alex a eu à faire un mois et demi de stage avec mois à l’Académie Jean Marc Guillou. Après il a eu a créé des contacts entre moi et les responsables de l’Académie des Etoiles du Mandé. J’ai trouvé qu’ils avaient un très bon projet d’avenir. Après les discussions sont partis assez vite pour moi c’est le même boulot et le même objectif. Sans hésiter je me suis engagé avec les responsables de l’Académie des Etoiles du Mandé pour ce nouveau défi.

Quel est votre objectif recherché avec à l’Académie des Etoiles du Mandé ?

Il faut dire que les responsables de l’Académie des Etoiles du Mandé m’ont engagé pour que je réussisse à inculquer ce que j’avais pu faire à l’Académie JMG. Je suis un peu responsable de la formation aux Etoiles Mandé. C’est la raison principale.

 C’est quoi votre philosophie de jeu dans la formation des jeunes ?

Honnêtement pour être humble, je ne peux pas parler sans évoquer le nom de mon mentor. Mon mentor c’est le coach de Jean Marc Guillou. Franchement, c’est Jean Marc qui m’a donné mon ADN de formateur. Pour moi si j’évoque son nom cela me donnerais la baraka dans mon métier. Il faut dire qu’il a été d’un grand apport dans tout ce que j’ai comme connaissance dans ce domaine. La philosophie qu’on a  dans la formation c’est de jouer cour, progresser et prendre plaisir.

Une Petite anecdote : « quand nous on joue, ce n’est pas la progression individuelle d’un jeune joueur qui nous intéresse. C’est la progression de tout le collectif qui est l’essentiel. C’est-à-dire on peut gagner un match avec un score large sans ne même pas être satisfait.  Parce que la première question qu’on pose aux gamins est de savoir s’ils ont pris plaisir. Si on gagne sans prendre de plaisir, ce n’est pas ça notre philosophie.  Le mot d’ordre c’est plaisir, plaisir, plaisir.

Votre passage à l’Académie Jean Marc Guillou a changé quoi dans votre vie ?

Oui quand tu passes sept ans dans une Académie déjà, pour nous, sept ans ça veut dire fidélité. Sept ans ça veut dire longévité et le fait d’être avec les gamins est une chance. Tout le monde ne peut pas encadrer et aimer les gamins et surtout les jeunes footballeurs. Parce que c’est un travail de longue haleine. Le travail avec les gamins au niveau de l’Académie JMG m’a beaucoup enrichi. Cela m’a permis de connaitre l’enfant dès à bas âge. Ça m’a permis surtout de connaitre les caprices d’un jeune. Souvent tu vois un enfant qui est là mais qui n’est pas bien dans la tête. Aussi ça te permet de connaitre ce que c’est l’être humain. Le fait de vivre avec eux pendant toutes ses années m’a vraiment enrichi au plan personnel. Deuxièmement quand les gamins passe sous ta coupole et que tu les vois aujourd’hui émergés. Là il y a une satisfaction personnelle en soi avant que toute chose n’arrive.

Pouvez-vous nous citer quelques noms de joueurs dont vous avez formé et qui ont réussi dans le football ?

Aujourd’hui il faut  reconnaitre que quand je vois Diadié Samassékou jouer à Hoffenheim, Amadou Haidara jouer à Leipzig, Yves Bissouma à Brighton, Kouamé Rominigue à Troyes, Lucien Kevin, Kané Sory, Cheick Doucouré, Salam Jiddou,  tu es fiers parce que ceux sont des gens que tu as vu grandir. Mais aussi les Hamari Traoré jouer à Rennes, Youssouf Koné à Lyon, ça me va droit au cœur. C’est vrai que mon arrivé a coïncidé avec leur départ dans l’hexagone mais on a fait quelques temps ensemble et il y a plusieurs autres qui arrivent derrière.

Comment vous voyez l’avenir des enfants dont vous entraîner à l’Académie des Etoiles du Mandé ?

Parlant de l’Académie des Etoiles du Mandé, il faut dire que d’abord les jeunes sont dans un très bon cadre. Un cadre convivial qui peut leurs permettre de progresser et de rêver à devenir des footballeurs professionnels qui seront reconnus mondialement et qui peuvent servir le Mali, l’Afrique. Les gamins qu’on a, ont toutes les chances de devenir comme les Diadié Samassékou, Yves Bissouma, Doucouré Cheick, Amadou Haidara comme les Fodé Doucouré, Diarra Bourama. Parce que j’ai été témoin de la progression de ses gens qui sont entrain de jouer en Europe. Le projet c’est de répéter la même chose avec les jeunes de l’Académie des Etoiles du Mandé. Et voyant l’évolution des choses avec les présidents Apha Sylla, Mahamadou Doucouré, je pense que l’envie, la volonté et les moyens mis à notre disposition, je crois que « inchallah » on pourra rééditer cet exploit sur toutes les lignes. Je ne doute pas de ça.

Est-ce que vous avez déjà déniché des talents à l’Académie des Etoiles du Mandé ?   

Déjà il faut dire qu’il y a une très très bonne graine à l’Académie des Etoiles du Mandé. Il y a des noms qu’on peut citer. Quand tu vois les Kadial Camara, Mohamed Traoré, Baki, Baye Coulibaly, Dramane Guindo, Mohamoud Barry, Tiémoko Doumbia, Ousmane Simpara, Fodié Camara, Youssouf Traoré et le gardien de but Siaka Keita. Parce que chez nous les gardiens jouent aussi avec le pied en plus de leur travail spécifique de main, en faisant le même boulot que les joueurs de champ.  Honnêtement il y a de la bonne graine. Je pense que les noms cités peuvent devenir de très bons joueurs avec un bon suivi des éducateurs et responsables de l’Académie.

Quel est votre mot de la clôture ?

D’abord il faut remercier les responsables de l’Académie des Etoiles du Mandé, notamment les présidents Alpha Sylla et Mahamadou Doucouré qui mettent tout en œuvre pour que ce projet puisse réussir et devenir un projet internationalement reconnu. Je remercie également tout le personnel de l’Académie des Etoiles du Mandé, le staff technique, les jeunes, notre Manager général monsieur Thierno Barry et vous le journaliste monsieur Tangara qui arrive à me demander de parler de moi-même et de l’Académie des Etoiles du Mandé.

Réalisée par Yacouba TANGARA, JRI Malien

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici