Mali-distinction: le Baromètre gratifie plusieurs anciens olympiens

Le Baromètre a remis des distinctions à plusieurs anciens athlètes, anciens arbitres et anciens entraîneurs qui ont déjà représenté le Mali lors des Jeux Olympiques de 1964 à nos jours.  La cérémonie de remise s’est déroulée le vendredi 28 juin 2024 à Hamdallaye ACI 2000.

Au chapitre des arbitres, Koman Coulibaly et Dramane Danté, arbitres de football ont été distingués. Cheick Oumar Sissoko Yanki, ancien entraîneur de basketball du Mali a reçu son diplôme de reconnaissance également.

Sans oublier Fatamoudou Toure, première olympienne du Mali qui a défendu les couleurs nationales en 1980 à Moscou et surtout Dramane Seremé, premier athlète qui a représenté le Mali aux Jeux olympiques en athlétisme en 1964.

 

Monsieur Cheick Oumar Soumano, président du Baromètre a profité de cette occasion pour présenter le Baromètre, un instrument pour magnifier l’excellence. dans divers domaine du pays.

 

Enfin, cette cérémonie est une première phase car le deuxième lot des maliens et maliennes ayant représenté notre pays à l’occasion des J.O depuis 1964, se déroulera le 3 août 2024 en marge des Jeux de Paris 2024.

Boxe-13ème Jeux Africains Ghana 2024: le Mali place deux athlètes en quart de finale

Le Mali est représenté aux 13ème Jeux Africains Ghana 2024 par sept disciplines, à savoir : la boxe, le taekwondo, le judo, l’athlétisme, le cyclisme, le Sambo et le handball. La boxe a connu un petit léger mieux après plusieurs contre-performances des athlètes maliens.

 

Le continent africain vibre au rythme des 13ème Jeux Africains Ghana 2024, prévus du 8 au 23 mars 2024. Pour l’instant, c’est la boxe malienne qui a enregistré deux (02) qualifiés en quart de finales, prévu à partir de la semaine prochaine. Selon une source proche de la fédération malienne de boxe, Mahamadou Goita (71 kg) et Daouda Sidibé (60kg), se sont qualifiés pour les quarts de finale chez les Garçons respectivement dans les catégories des 60 kg et 71 kg.

En course Contre-la-montre individuel hommes de cyclisme, étalée sur une distance de 37,5 km. Au premier tour, Yaya Diallo du Mali s’est classé 19e avec un chrono de 51:43.60. Dans le même registre, Tiemoko Diamoutené a fini la course à la 22e place avec un chrono de 54:17.71.  Tiemoko Diamoutené a intégré le top 10, en se classant neuvième avec un chrono de 54:17.71.

Si l’équipe de handball du Mali n’a pas pu franchir le premier tour, le karaté malien n’a pas connu ce privilège, car selon une source fédérale, ces derniers n’ont pas pu compétir parce que les athlètes du karaté ne sont pas allés à temps au Ghana. Sur ce sujet, nous avons tenté plusieurs fois de joindre le chef de la délégation malienne au Ghana sans succès.

Le Mali dispose également d’une autre chance en athlétisme avec Fodé Sissoko, athlète international malien qui est attendu ce dimanche au Ghana. Les courses de l’athlétisme démarreront le lundi 18 mars 2024.

Par Yacouba TANGARA

JO PARIS 2024 : Fodé Sissoko entend honorer le Mali si on l’accompagne !

Fodé Sissoko, athlète international malien compte réaliser ses rêves à l’occasion des JO Paris 2024, en remportant une première médaille olympique. L’athlète malien en question qui s’entraîne présentement en France, compte sur l’accompagnement des bonnes volontés pour atteindre son objectif. Le champion du Mali des 100 m, 200 m et 400 mètres est revenu sur son parcours, ses préparatifs et ses objectifs dans une interview qu’i nous a accordée.

Réalisée par Yacouba TANGARA

Il y’a le football, le basketball…, pourquoi vous avez choisi l’athlétisme ?

Comme tous les sports dont vous venez de citer, je faisais un peu tout ça mais c’est dans l’athlétisme que j’ai trouvé ma voie. C’est pour cela que je suis parti dans l’athlétisme.

Quel athlète vous a le plus inspiré dans le monde entier ?

Depuis à bas âge, quand j’ai commencé l’athlétisme, je ne connaissais aucun athlète. On a juste entendu parler de Usain Bolt et d’autres athlètes. Après le seul athlète qui m’a vraiment impressionné, ça c’est Van Niekerk, un athlète sudafricain, recordman du monde aux 400 mètres.

Pourquoi Wayde Van Niekerk ?

En fait, j’aime bien ce gars, son charisme. C’est quelqu’un de très calme et très posé.

Peux-tu nous retracer l’historique de ton parcours au plan local ?

J’ai commencé l’athlétisme en 2014 au Mali. J’ai eu pas mal de difficultés au départ, à cause des blessures et ce jusqu’en 2015. Mais c’est en 2016 que je me suis vraiment trouvé et que j’ai pu faire des compétitions internationales, à savoir : des championnats ouest-africains, des solidarités, le championnat d’Afrique et beaucoup d’autres compétitions. J’ai remporté plusieurs fois le championnat du Mali sur 400 m, 200 et 100 m.

Quels sont les records que tu as pu planter au Mali ?

Au Mali, j’ai le record sur 60 mètres en salle (6’80’’), sur 200 mètres en salle (20’88’’), sur 400 mètres en salle (47’20’’) et sur 200 mètres hors salle (20’52’’).

 Comment tu prépares les JO de Paris 2024 ?

J’ai commencé à préparer les Jeux Olympique de Paris 2024 au lendemain des JO de Tokyo 2021. Parce qu’il faut savoir que je n’étais pas à 100% au Japon. Du coup, il j’avais quelques blessures, il fallait remédier à ça. À cet égard après les JO de 2020 j’ai commencé à faire les soins et les préparatifs. Aujourd’hui, nous continuons avec les préparatifs. D’ici là il y aura d’autres compétitions entre temps : comme les jeux africains, le championnat d’Afrique et d’autres meetings à venir. Toutes ces compétitions rentrent dans le cadre des préparatifs des JO de Paris 2024.

Paris 2024 est-t-il une chance pour toi ?

On peut dire que Paris 2024 est une chance pour nous. Parce qu’on s’entraine déjà dans le climat de la France. C’est le DTN de la fédération malienne d’athlétisme qui ma touvé un stage de 2 mois en France au départ. Durant ces deux premiers mois, j’ai travaillé avec cet entraîneur qui m’a fait progresser énormément. On a fait beaucoup de choses ensemble. C’est après ça  que j’ai remporté le titre de champion du Mali et finir quatrième au championnat d’Afrique et juste derrière j’ai décroché la bourse en 2018. Et, par la suite, j’ai décidé de retourner làba pour continuer ma formation.   Donc, on peut dire que les JO de Paris 2024 se tiendront chez nous. Du coup, c’est vraiment un atout pour nous et y aura du public derrière nous.  

Comment tes préparatifs se passent-t-elles en France ?

On prépare les JO 2024 avec les moyens de bord. Bon tous les moyens ne sont pas réunis mais on fait avec les petits moyens qu’on a. on devrait effectuer d’autres stages et beaucoup d’autres choses mais par faute de moyens on est un peu limité. Mais quand même l’engagement et la volonté sont là et surtout il y a la santé donc on continuera à travailler pour atteindre l’objectif.

Est-ce qu’avec les moyens dont tu disposes présentement, tu pourras atteindre tes objectifs ? 

On ne sait jamais mais ça quand même difficile. De toute façon on croit bien et nous croisons les doigts et continuons à travailler pour atteindre les objectifs.  Parce que le haut niveau ce n’est pas que l’entraînement aussi. Il y a le côté financier, il y a l’alimentation, l’hébergement. La bourse que le Comité national Olympique et sportif du Mali ne couvre pas tous les besoins. Je suis obligé de faire d’autres choses à côté pour financer certaines choses qui rentrent dans le cadre de la préparation.

Vous avez besoin de quoi concrètement ?

J’ai exprimé mes besoins dans un rapport et j’ai programme pour préparer Paris 2024. Juste si on pouvait financer mes stages. En gros le moyen qu’on a besoin est d’ordre financière.

Quel est ton objectif aux JO de Paris 2024 ?

Mon objectif est de faire mieux que les JO précédentes. La fois passée je suis parti limiter. Quand même j’ai tout donné. Ce n’était pas du tout évident. J’ai fait ce que je pouvais. Cette fois-ci mon objectif est de passer les tours et se hisser en demi-finale et pourquoi pas en finale.

Est-ce que gagner une médaille aux JO est un rêve pour vous ?

Je pense que c’est le rêve de tous sportifs déjà de participer aux JO et c’est un rêve de tout athlète de remporter une médaille olympique aux JO. C’est quelque chose d’extraordinaire. Donc c’est un rêve pour moi et j’espère que ça va se réaliser. Mais il faut vraiment beaucoup de moyens et si on met des moyens à notre disposition pourquoi pas.

Vous allez compétir dans quel domaine lors des JO de Paris 2024 ?

Pour le moment je n’ai pas fait les minimas, je compte les faire dans les courses à venir. Pour le moment je suis sélectionné dans les bases de données. Il y a un programme, dans les pays où les athlètes n’ont pas fait le minima dont les fédérations et les comités doivent engager un athlète. Pour le moment je suis engagé dans le chapitre des 100 mètres. Mais ma discipline de base c’est les 200 mètres donc je compte faire les minimas du 200 mètres cette saison.

Est-ce possible de prendre part dans 2 domaines différents aux JO ?

Pas les deux. Au cas où je ne vais pas réussir les minimas, je vais compétir dans les 100 mètres. Mais si je faisais les minimas je ne ferais que les 200 mètres. Les conditions sont de réaliser les minimas dans un certain temps. Du coup, je suis à 20’52’’ il faut que j’arrive à faire 20’17’’ pour pouvoir passer officiellement et faire mon programme.

C’est quoi votre mot de la fin de cette interview ?

C’est vous remercier. Parce que les journalistes sont nos voix et j’espère que les personnes de bonnes volontés et les dirigeants vont entendre ça et vont nous accompagner pour qu’on puisse réaliser nos rêves et honoré le Mali dans l’international.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mali : Habib Sissoko réélu à la tête du CNOSM pour un 6e mandat

Le président sortant du Comité national Olympique et Sportif du Mali, Habib Sissoko a été réélu pour un nouveau mandat de 4 ans, lors de l’Assemblée générale quadriennale élective, tenue le Samedi 8 août 2020 à l’hôtel de l’Amitié de Bamako.

Elu en 2016, le bureau du Comité national Olympique dirigé par Habib Sissoko a respecté les textes en organisant cette Assemblée  générale quadriennale élective du CNOSM qui coïncide cette année avec la pandémie mondiale de Covid-19. Ainsi, les mesures barrières ont été strictement respectées à la lettre. A l’issue des travaux, les délégués des 23 Fédérations affiliés au Comité national Olympique et Sportif du Mali ont renouvelé leur confiance à nouveau au président Habib Sissoko à l’unanimité pour un sixième mandat.  Un choix accepté avec humilité par le président Habib Sissoko.

Auparavant, Habib Sissoko, président du CNOSM a rappelé dans son discours d’ouverture que nous entamions le mandat, installer l’olympique au cœur de la problématique de l’éducation de la jeunesse malienne et promouvoir l’olympique au sein du mouvement sportif était au centre de nos préoccupation.

« Le Bureau du Cnosm a exécuté et d’évalué le bilan de ce plan. Les gestions des ressources humaines, de gestion financière ont été érigé dans un manuel rigoureux en plus de cela, un plan quadriennal a été élaboré », a fait savoir  le président Habib Sissoko.

Par ailleurs, une coopération solidaire a été obtenue au plan local chaque fois qu’une concertation est nécessaire pour l’intérêt général. La même coopération fructueuse a été adopté avec les sponsors et partenaires de la faîtière des Associations sportives du Mali.

Au registre des grands rendez-vous, le Comité national olympique et sportif du Mali a participé à plusieurs  événements du mouvement olympique au plan international, à savoir :

Aux Assemblées Générales de l’ACNOA et aux Sessions de son Comité Exécutif,

Aux Assemblées Générales d l’Association Francophone des Académies Olympiques (AFAO),

Aux Séminaires des Secrétaires Généraux (CNO),

Aux Assemblées Générales de l’Associations des Comités Nationaux Olympiques (ACNO),

Aux Sessions pour dirigeants et jeunes de l’Académie internationale Olympique (AIO),

A la célébration du 125ème anniversaire du Comité internationale Olympique, pour ne citer que ceux-ci.

Le président Habib Sissoko a enfin, expliqué que les JO seront préparés dans le cadre d’un projet intitulé « En route pour Tokyo 2020 ». Occasion pour créer une synergie d’action impliquant les paramètres  de la performance sportive et précisant les responsabilités des parties.

Amadou Diarra Yacoulye, secrétaire général du Ministère de la Jeunesse et des Sports a salué les fédérations nationales et les membres du CNOSM pour leur engagement en prenant part à cette activité.

« Votre rôle est déterminant et le mouvement sportif attend de vous une Assemblée de fête. Je salue le leadership éclairé du président Habib Sissoko et son engament pour le développement du sport dans notre pays. Sous sa houlette, le Mali a été une plaque tournante de l’organisation de plusieurs sessions internationales du mouvement olympique. Le bilan du Cnosm est fort élogieux, j’apprécie surtout cet exercice de recevabilité », a indiqué le Secrétaire général du Ministère de la Jeunesse et des Sports.

A noter que l’Assemblée Générale Quadriennale du Comité National Olympique et Sportif du Mali (Cnosm), se réunit tous les 4 ans en session ordinaire (Article 23 des statuts), sur convocation du Président du Cnosm (Article 12 du règlement intérieur ».

Par Yacouba TANGARA

 

 

Journée Olympique 2019 : le CNOSM perpétue la tradition

Le Comité National Olympique et Sportif du Mali et ses partenaires (Sotelma-Malitel et PMU-Mali) organisent la Journée Olympique ce samedi 22 juin 2019 sur le Boulevard de l’Indépendance à Bamako.

Une parade des fédérations et du sport militaire ainsi que le cyclisme, l’athlétisme et le handisport sont au programme. Le CNOSM vous invite dont, toutes et tous, sur le Boulevard de l’Indépendance pour célébrer la Journée Olympique dans la communion et aussi dans le recueillement pour la paix et la cohésion sociale dans notre pays. Rappelons que la Journée Olympique mondiale est une manifestation très officielle célébrée depuis 1948 par le Mouvement Olympique. Elle a été décidée en janvier de cette année-là, lors de la 42e session du Comité International Olympique (CIO) tenue à Saint-Moritz, en Suisse. La date du 23 juin a été choisie en référence au Baron Pierre de Coubertin qui, le 23 juin 1894 et en présence des délégués de 12 pays réunis à la Sorbonne à Paris, décida de faire revivre les Jeux Olympiques. Le 23 juin 1948, seuls 9 Comités Olympiques s’étaient associés pour le lancement de cette journée: ceux de l’Autriche, de la Belgique, du Canada, du Portugal, de la Grande-Bretagne, de la Grèce, de la Suisse, de l’Uruguay et du Venezuela. La Journée olympique est bien plus qu’une «Simple» manifestation sportive. Elle est une journée organisée pour promouvoir les valeurs olympiques, sur la base des trois piliers : Bouger, Apprendre et Découvrir ! Des piliers qui font se réfèrent aux maximes latines du mouvement olympique : «Citius-Altius-Fortius» ou «Plus vite-Plus haut-Plus fort» ! Ces trois piliers de la Journée Olympique mondiale annoncent la couleur pour une manifestation riche en événements dans de très nombreux pays.

Source : page Facebook CNOSM

CNOSM : les journalistes maliens initiés en Management du Sport et aux valeurs olympiques

Le Comité National olympique et Sportif du Mali (CNOSM) a organisé un séminaire à l’intention des journalistes sportifs du pays sur le Management des Organisations sportives olympiques et les valeurs olympiques, les 24 et 25 décembre 2018 à Bamako.

Par Yacouba TANGARA

Le siège du Comité national olympique du Mali a abrité les travaux du séminaire de formation des journalistes sportifs maliens sur les valeurs olympiques et le Management des Organisations sportives olympiques. Ils étaient environ une trentaine de participants dont deux femmes. A l’occasion de cet exercice, il a été question d’entrée de l’origine du Mouvement Olympique, les Jeux Olympiques, les épreuves initiales et l’évolution.

La seconde journée de formation a été consacrée au Métier du Manager et le Leadership.

A cet égard, le respect, l’excellence, l’amitié sont les éléments fondamentaux des valeurs olympiques. Mais aussi, le sport est un élément fondamental de la paix.

Aussi, la capacité d’approche d’un responsable de fédération est très importante dans la gestion d’un groupe.

Le président du CNOSM a rappelé lors de la clôture que les journalistes jouent un rôle prépondérant dans le développement du sport. « La première source de motivation d’un athlète c’est les médias. Un athlète est content de se voir dans un journal et sur les écrans des télévisions après une épreuve. Cela peut pousser les athlètes à se surpasser… nous accordons beaucoup d’importance à la presse. Vous êtes nos partenaires privilégiés…», a expliqué l’ancien président de la fédération malienne de judo.

Le président Habib Sissoko a promis que d’autres formations du genre seront organisé à l’intention des hommes de médias pour le bien être du sport au Mali d’une manière générale.

Les participants ont apprécié l’initiative à sa juste valeur, à travers leur président de l’AJSM, Oumar Baba Traoré, qui a salué les efforts louables du président du CNOSM, monsieur Habib Sissoko.

Au terme des deux jours de formation, chaque participant a reçu une attestation. C’était en présence du président du Comité national olympique, des formateurs et du secrétaire général du CNOSM, monsieur Mohamed Traoré.

Il convient de rappeler que cette formation a été rendue possible grâce à la collaboration entre l’Association des journalistes sportifs du Mali (AJSM) et le Comité national olympique et Sportif du Mali (CNOSM).

 

ACNOA : l’ancien vice-président Bérraf élu président

Mustapha Berraf, ancien vice-président de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA) a été élu président, le jeudi 29 novembre 2018 à Tokyo.

Par Yacouba TANGARA

Avec 34 voix sur 54 possibles, l’Algérien a pris le dessus sur la Burundaise Lydia Nsekera qui a obtenu 20 voix. C’est avec cette avance confortable que le nouveau président a été porté à la tête de l’Association mère des comités nationaux olympiques d’Afrique.  Agé de 64 ans, Mustapha Berraf succède à Lassana Palenfo qui avait été réélu en mai 2017 pour un quatrième mandat. Ce dernier a renoncé par crainte d’être évincé sur décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) pour manque de transparence.

A noter que Mustapha Berraf était vice-président depuis 2005.

Le Camerounais Hamad Kalkaba Malboum, président de la fédération africaine d’athlétisme a été écarté dès le premier tour avec 11 voix.

A noter que le Botswanais Negroes Malealea Kgosietsile a retiré sa candidature.

Aussitôt élu, Mustapha Berraf a promis de rassembler en dissipant les tensions existantes et de veiller sur la transparence de l’ACNOA.

 

Olympisme : les cinq valeurs éducatives

Selon un manuel du CIO, l’olympisme se repose sur cinq valeurs éducatives. Elles ont été issues des principes fondamentaux et se portent sur trois domaines d’apprentissage : le cognitif (intellectuel, l’affectif (social/émotionnel) et le kinesthésique (physique).

Source : Enseigner les valeurs olympiques

Comme nous vous l’annoncions dans le chapeau, le manuel en question a retenu cinq valeurs éducatives :

-La joie de l’effort : les jeunes développent et pratiquent des compétences physiques, des comportementales et intellectuelles en se lançant des défis à eux-mêmes et les uns aux autres, dans des activités physiques, jeux et sports.

Le fair-play : le fair-play est un concept sportif, mais il est appliqué dans le monde entier de diverses façons. Apprendre à se comporter en sport avec fair-play peut amener au développement et au renforcement d’un comportement fair-play en société et dans la vie.

Le respect des autres : lorsque les jeunes qui vivent dans un monde multiculture apprennent à accepter et à respecter la diversité et observent une attitude personnelle pacifique, ils promeuvent la paix et la compréhension internationale.

-La recherche de l’excellence : mettre l’accent sur l’excellence peut aider les jeunes à faire des choix positifs et sains et les amener à accomplir le meilleur d’eux-mêmes dans tout ce qu’ils réalisent.

-L’équilibre entre le corps, la volonté et l’esprit : apprendre est affaire de le corps, pas seulement l’esprit. L’aptitude physique et l’apprentissage par le mouvement contribuent au développement des qualités morales et intellectuelles. Ceci est à l’origine de l’intérêt de Pierre de Coubertin pour la rénovation des Jeux.

AMA : la levée de la suspension russe fait jaser

L’Agence mondiale antidopage (AMA) propose dans un communiqué de rétablir le droit aux athlètes russes de prendre part aux différentes compétitions, depuis le 14 septembre 2018. La mesure est protestée encore.

L’équipe de Craig Reedie, président de l’AMA est la cible des critiques depuis le 14 septembre 2018. « Le comité indépendant de révision de conformité a recommandé au comité exécutif de l’AMA la réintégration de la Rusada lorsque le comité exécutif se réunira le 20 septembre », peut-on lire dans le document. Une chose qui a provoqué des contestations en Amérique du Nord, notifie plusieurs sites web. Travis Tygart, le président de l’agence antidopage américaine (Usada), n’est pas resté sans réaction. « Cela sent extrêmement mauvais, a-t-il commenté. L’AMA a montré ce jour sans équivoque au monde le type d’organisation qu’elle est : une organisation qui place les désirs d’une poignée de dirigeants au-dessus des droits de millions de sportifs propres. C’est une triste situation pour une institution autrefois respectée », précise farncsjeux.com. A cet égard, l’AMA se défend en expliquant que ce n’est qu’une recommandation. La réunion du comité exécutif de l’AMA était prévue pour le jeudi 20 septembre 2018.

JO de la jeunesse 2022 : le Sénégal, pays hôte ?

Une session du CIO recommande le Sénégal parmi 4 candidats dans le cadre de l’organisation des Jeux Olympique de la jeunesse en 2022. Le nom du pays hôte sera connu en octobre prochain.

La Rédaction de planetesportsmali.com

Le Botswana, le Nigéria, le Sénégal et la Tunisie seraient intéressé par l’organisation de la 4e édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2022 du Comité International Olympique (CIO). Pour ce faire, ces pays ont étalé leur projet devant le CIO : «dans le processus de sélection de l’hôte des JOJ 2022, le CIO a eu la chance d’avoir quatre partenaires de qualité représentant le continent africain. Les quatre candidats ont la capacité de livrer des Jeux Olympiques de la Jeunesse réussis et offrent bien des opportunités», a notifié le CIO. A cet égard, la commission exécutive du CIO aurait reconnu que le Sénégal offre un projet solide et les meilleures perspectives. Selon notre source, la candidature du Sénégal est centrée sur trois lieux : Dakar, la nouvelle ville de Diamniadio et la station balnéaire de Saly.

Le projet du Sénégal a déjà séduit

Après avoir décidé en février 2018 de dédié à l’unanimité l’édition 2022 des JOJ à l’Afrique, le Sénégal est en bonne position pour accueillir ces jeux. «C’est au tour de l’Afrique… L’Afrique est la terre natale de tant et tant de grands athlètes olympiques. L’Afrique est un continent peuplé de jeunes. C’est pourquoi nous voulons amener les Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2022 en Afrique et au Sénégal. Ce pays d’Afrique de l’ouest propose un projet reposant sur une forte ambition pour la jeunesse et le sport. Les opportunités y sont nombreuses et nous nous efforcerons de livrer ensemble, dans le cadre d’un étroit partenariat, des Jeux de la Jeunesse visionnaires, responsables et exaltants», a souligné le président du CIO, M. Thomas Bach. Enfin, la Session du CIO se réunira le 8-9 octobre 2018 à Buenos Aires.

 

Jeux Africains de 2023 : le Ghana intéressé

Le Ghana serait candidat pour l’organisation des Jeux Africains de 2023, organisés par l’Association des comités nationaux olympiques africains (ACNOA).

Par la rédaction de planetesportsmali.com

Le pays de Nana Akufo Addo, président de la République du Ghana lorgne sur les Jeux Africains de 2023, a titré francsjeux.com. Le journal en ligne poursuit en disant que ladite information a été révélée par le site GhanaWeb, qui a eu accès à une note interne du ministère ghanéen des Sports, a précisé francsjeux.com. Il convient de signaler que la 12e édition des Jeux Africains de 2019 se déroulera en principe au Maroc, après le retrait de la Guinée Equatoriale.

Par ailleurs, les disciplines retenues pour ladite édition  restent à déterminer.

Olympisme : découvrez la conception des JO par Pierre de Coubertin

Selon vous, quel peut être le but de l’Olympisme ? Le saviez-vous ? 

 La Rédaction de palenetesposportsmali.com

Pierre de Coubertin, le rénovateur des Jeux Olympiques a écrit que : « L’Olympisme recherche le développement harmonieux du corps et des capacités mentales, mais également celui des valeurs culturelles et artistiques de l’homme pour renforcer sa compréhension et son sens de l’amitié pour l’union du sport, de l’art et de la culture ».

CIO : un concours mondial de création de mascottes lancé !

Le Comité International Olympique (CIO) a annoncé  qu’un concours international de création des mascottes pour les Jeux Olympique et Paralympique d’hiver de Beijing 2022 est lancé.

Par Yacouba TANGARA

C’est parti depuis le mercredi 8 août 2018 pour une course des meilleures créatures de mascottes, destinées aux JO et des Jeux Paralympique 2022. Ce n’est pas la course sur piste mais cette fois-ci, mais la course pour les meilleures créatures de la planète.

« Dans le cadre de ce concours, le public du monde entier est invité à proposer des créations originales pour imaginer ces ambassadeurs emblématiques des Jeux. Les participants peuvent envoyer leurs dessins du 20 au 31 octobre 2018 en personne ou par envoi postal. Les créations doivent incarner les valeurs olympiques et paralympiques, se faire l’écho de la culture chinoise et représenter la vision des Jeux de 2022 », a écrit le CIO sur son site web.

Il est important de signaler que l’identité du lauréat sera dévoilée au cours du deuxième semestre 2019. Alors à vos marques !

JO Tokyo 2020 : réunion délocalisée à Fukushima

Généralement rassemblé à Tokyo, le conseil d’administration du Comité d’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 a effectué sa réunion du lundi 30 juillet 2018 à Fukushima.

 

Un coup médiatique ou une démonstration ? Ce qui est sûr les membres du comité d’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ont quitté la capitale japonaise pour se rendre à Fukushima.

« Un choix tout sauf anecdotique. Ils ont tenu leur assemblée au J-Village, un ancien complexe sportif ré-ouvert la semaine passée. Il avait servi de camp de base à l’Argentine pendant le Mondial de football en 2002. Neuf ans plus tard, il avait été utilisé par les équipes de secours envoyées dans la province de Fukushima après le tsunami et la catastrophe nucléaire » a expliqué le site web Francs Jeux.com.

Le comité d’organisation des JO a profit de cette occasion pour dévoiler l’équipe chargée de la mise en scène lors de la cérémonie d’ouverture et de clôture des Jeux Olympique 2020. « Mansai Nomura, un acteur de profession, issu d’une famille d’artistes des planches depuis plusieurs générations sera en tête de cortège », poursuit le site Francs Jeux.com. Aussi, Takashi Yamazaki et Hiroshi Sasaki seront également de la partie.

La Rédaction

Célébration de la journée Olympique 2018: le CNOSM n’est pas resté en marge

Le Comité National Olympique du Mali (CNOSM) a célébré l’anniversaire de la journée Olympique 2018, le samedi  30 juin 2018 à Bamako.

 

Le Boulevard de l’Indépendance de Bamako a servi de cadre pour la célébration de la journée Olympique 2018 du CNOSM, célébré les 23 juin de chaque année. Pour ce faire, plusieurs activités sportives ont été organisées par le Comité National Olympique et sportif du Mali (CNOSM). Il s’agit : d’une course populaire d’athlétisme, d’une course cycliste, d’une course handisport tricycle ainsi que des démonstrations d’arts martiaux dans plusieurs disciplines d’arts martiaux.  Sans surprise, toutes les fédérations sportives du Mali ont répondu à l’appel.  Etalée sur une distance de 4 km, la course populaire a été remportée par Bougouna Sanogo de l’USFAS, en Messieurs. Adjara Diarra de la même formation s’est adjugée de la première place en série Dames.

« Il y a une relation de confiance et de bonne collaboration entre la Direction du Sport Militaire, les Forces de Sécurité et le Comité National Olympique du Mali », a expliqué Mme Sangaré Aminata Keïta, première vice-présidente du Comité National Olympique et Sportif du Mali (CNOSM).

 

La Rédaction

JO 2020 : le calendrier se précise petit à petit

Selon le comité national japonais, cité par les Echos.fr, la commission exécutive du Comité international olympique (CIO) a entériné le mercredi 18 juillet 2018 à Lausanne le calendrier des sessions des jeux Olympiques de Tokyo-2020.

 

Même si le programme exact des épreuves reste à préciser, on connait un peu plus le calendrier de ces Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

« Ledit programme comprend 339 épreuves dans 33 sports et s’étalera du 24 juillet au 9 août 2020. Des matchs des tours préliminaires des compétitions de football et softball auront lieu dès le 22 juillet. Des épreuves dans 21 sports sont programmés dès la première journée des Jeux, notamment la course masculine de cyclisme sur route, qui partira de Tokyo pour arriver au pied du Mont Fuji », a expliqué le comité d’organisation.

Cinq nouveaux sports s’ajouteront aux 28 sports traditionnellement au programme à l’occasion de ces Jeux : l’escalade, le karaté, le skateboard, le surf et le baseball/softball. Les épreuves du skateboard et le surf commenceront dès le premier week-end, a notifié les Echos.fr.

« Le programme détaillé des épreuves sera adopté au printemps prochain. Les JO de Tokyo-2020 seront répartis sur 42 sites, dont 24 existants, 10 temporaires et 8 nouveaux sites permanents », a conclu le journal en ligne.

La Rédaction

JAJ «Alger 2018» : le Mali termine à la 11ème place !

Les rideaux sont tombés sur la 3ème édition des Jeux Africains de la Jeunesse (JAJ), tenus à Alger en Algérie (18-27 juillet 2018). Le Mali a fini sa course à la 11ème place.

 

A l’issue de cette compétition des Jeunes, le Mali a occupé une 11ème  place. Au chapitre des médailles, les Maliens ont obtenus 2 médailles en or, réussis au basket 3X3 masculin et féminin et trois médailles en bronze.

L’Egypte s’est classé premier avec 154 médailles, devant l’Algérie, pays hôte (144 médailles). Signalons que le Mali s’est classé 2e en Afrique de l’ouest derrière le Nigeria. La Tunisie est montée sur le podium avec 86 médailles.

Présent à Alger, Habib Sissoko, président du Comité National Olympique et Sportif (CNOSM) a félicité la délégation malienne pour avoir défendu les couleurs nationales avec rigueur et dévouement.

L’édition 2022 des JOJ est prévue en Afrique. La prochaine édition est prévue en 2022. Quatre villes sont candidates pour accueillir ces Jeux : Abuja, Dakar, Gaborone, Tunis.

La Rédaction de planètesportsmali.com

Olympisme : les six principes fondamentaux du Mouvement Olympique

Selon le manuel olympique, les principes fondamentaux du Mouvement Olympique peuvent se définir en six points.

                                                                     

1 L’Olympisme est une philosophie de vie, exaltant et combinant en un ensemble équilibré les qualités du corps, de la volonté et de l’esprit. Alliant le sport à la culture et à l’éducation, l’Olympisme se veut créateur d’un style de vie fondé sur la joie dans l’effort, la valeur éducative du bon exemple et le respect des principes éthiques fondamentaux universels.

2 le but de l’Olympisme est de mettre le sport au service du développement harmonieux de l’homme en vue de promouvoir une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine.

3 le Mouvement Olympique est l’action concentrée, organisée, universelle et permanente, exercée sous l’autorité suprême du CIO, de tous les individus et entités inspirés par les valeurs de l’Olympisme. Elle s’étend aux cinq continents. Elle atteint son point culminant lors du rassemblement des athlètes du monde au grand festival du sport que sont les Jeux Olympiques (JO). Son symbole est constitué de cinq anneaux entrelacés.

4 la pratique du sport est un droit de l’homme. Chaque individu doit avoir la possibilité de faire du sport sans discrimination d’aucune sorte et dans l’esprit olympique, qui exige la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play. L’organisation, l’administration et la gestion du sport doivent être contrôlées par des organisations sportives indépendantes.

5 Toute forme de discrimination à l’égard d’un pays ou d’une personne fondée sur des considérations de race, de religion, de politique, de sexe ou est incompatible avec l’appartenance au Mouvement Olympique.

6 L’appartenance au  Mouvement Olympique exige le respect de la charte Olympique et la reconnaissance par la CIO.

 

Yacouba TANGARA

 

Détournement présumé de fonds : le Cnosm et les fédérations soutiennent Habib Sissoko

Les responsables des fédérations sportives affiliées au Comité national olympique et sportif du Mali et l’ensemble des membres du Comité exécutif de ladite instance ont adopté une motion de soutien au président Habib Sissoko. C’était lors d’une cérémonie qui s’est déroulée le mardi 24 avril 2018 à l’hôtel Dafina de Bamako.

 

Les responsables des fédérations maliennes d’athlétisme, de basketball, de la boxe, de cyclisme, d’escrime, de handball, de judo, de handisport, du jeu de dame, du jeu d’échec, de karaté, de lutte,  de natation, de pétanque, de volley-ball, de sport militaire, de taekwondo, de tennis, de bras de fer, de cricket, de tennis de table, de Yoshikan budo et l’ensemble des membres du Comité national olympique du Mali et les membres du bureau du Cnosm ont adopté respectivement une motion de soutien à Habib Sissoko, président du Cnosm. Selon Mamadou Sanogo, doyen des présidents et président de la Fédération malienne de boxe, porte-parole, suite aux allégations de détournement de fonds contre Habib Sissoko.  A cet égard, les fédérations sportives nationales affiliées au Comité national olympique tiennent à exprimer leur surprise et leur indignation par rapport à cette campagne  de dénigrement et rappellent que le président Sissoko est resté fidèle à ses principes de gestion transparente et de bonne gouvernance. Le Comité olympique est régi par des procédures administratives et financières documentées très strictes et applicables à tous ces membres sans exception. En attendant  que cette affaire, aujourd’hui entre les mains de la justice, soit tiré au clair, les fédérations nationales sportives affiliées au Comité olympique témoignent et renouvellent entièrement leur confiance au président Habib Sissoko qui, au fil des années, à transformer  le Cnosm pour en faire un véritable modèle de gestion de transparence et de bonne gouvernance ».

Selon la première motion de soutien, le 28 mars 2018, Habib Sissoko a été entendu suite à une accusation de détournement de fonds par un ex-agent du Cnosm. « Depuis lors, les informations sont relayées de façon exagérée et précipitée sur les réseaux sociaux et sur certains médias, accusant monsieur Sissoko d’avoir détourné des fonds appartenant au Cnosm », a-t-il introduit.

Monsieur Sanogo a ajouté que « l’argent est devenu le centre de tous. Au nom de l’argent on se permet n’importe quoi. La délation est devenue une manœuvre quotidienne ».

Parlant au nom des membres du Comité national olympique, Me Sangaré Aminata Keïta a abondé dans le même sens, en exprimant le soutien des membres du comité exécutif du Cosm. Elle a souligné l’indignation des membres du Cnom par rapport à des campagnes de dénigrement à l’endroit du président du Cnosm, Habib Sissoko et a  rappelé que ce dernier est resté fidèle à ses principes de gestion transparente et de bonne gouvernance.

Yacouba TANGARA