JO PARIS 2024 : Fodé Sissoko entend honorer le Mali si on l’accompagne !

Fodé Sissoko, athlète international malien compte réaliser ses rêves à l’occasion des JO Paris 2024, en remportant une première médaille olympique. L’athlète malien en question qui s’entraîne présentement en France, compte sur l’accompagnement des bonnes volontés pour atteindre son objectif. Le champion du Mali des 100 m, 200 m et 400 mètres est revenu sur son parcours, ses préparatifs et ses objectifs dans une interview qu’i nous a accordée.

Réalisée par Yacouba TANGARA

Il y’a le football, le basketball…, pourquoi vous avez choisi l’athlétisme ?

Comme tous les sports dont vous venez de citer, je faisais un peu tout ça mais c’est dans l’athlétisme que j’ai trouvé ma voie. C’est pour cela que je suis parti dans l’athlétisme.

Quel athlète vous a le plus inspiré dans le monde entier ?

Depuis à bas âge, quand j’ai commencé l’athlétisme, je ne connaissais aucun athlète. On a juste entendu parler de Usain Bolt et d’autres athlètes. Après le seul athlète qui m’a vraiment impressionné, ça c’est Van Niekerk, un athlète sudafricain, recordman du monde aux 400 mètres.

Pourquoi Wayde Van Niekerk ?

En fait, j’aime bien ce gars, son charisme. C’est quelqu’un de très calme et très posé.

Peux-tu nous retracer l’historique de ton parcours au plan local ?

J’ai commencé l’athlétisme en 2014 au Mali. J’ai eu pas mal de difficultés au départ, à cause des blessures et ce jusqu’en 2015. Mais c’est en 2016 que je me suis vraiment trouvé et que j’ai pu faire des compétitions internationales, à savoir : des championnats ouest-africains, des solidarités, le championnat d’Afrique et beaucoup d’autres compétitions. J’ai remporté plusieurs fois le championnat du Mali sur 400 m, 200 et 100 m.

Quels sont les records que tu as pu planter au Mali ?

Au Mali, j’ai le record sur 60 mètres en salle (6’80’’), sur 200 mètres en salle (20’88’’), sur 400 mètres en salle (47’20’’) et sur 200 mètres hors salle (20’52’’).

 Comment tu prépares les JO de Paris 2024 ?

J’ai commencé à préparer les Jeux Olympique de Paris 2024 au lendemain des JO de Tokyo 2021. Parce qu’il faut savoir que je n’étais pas à 100% au Japon. Du coup, il j’avais quelques blessures, il fallait remédier à ça. À cet égard après les JO de 2020 j’ai commencé à faire les soins et les préparatifs. Aujourd’hui, nous continuons avec les préparatifs. D’ici là il y aura d’autres compétitions entre temps : comme les jeux africains, le championnat d’Afrique et d’autres meetings à venir. Toutes ces compétitions rentrent dans le cadre des préparatifs des JO de Paris 2024.

Paris 2024 est-t-il une chance pour toi ?

On peut dire que Paris 2024 est une chance pour nous. Parce qu’on s’entraine déjà dans le climat de la France. C’est le DTN de la fédération malienne d’athlétisme qui ma touvé un stage de 2 mois en France au départ. Durant ces deux premiers mois, j’ai travaillé avec cet entraîneur qui m’a fait progresser énormément. On a fait beaucoup de choses ensemble. C’est après ça  que j’ai remporté le titre de champion du Mali et finir quatrième au championnat d’Afrique et juste derrière j’ai décroché la bourse en 2018. Et, par la suite, j’ai décidé de retourner làba pour continuer ma formation.   Donc, on peut dire que les JO de Paris 2024 se tiendront chez nous. Du coup, c’est vraiment un atout pour nous et y aura du public derrière nous.  

Comment tes préparatifs se passent-t-elles en France ?

On prépare les JO 2024 avec les moyens de bord. Bon tous les moyens ne sont pas réunis mais on fait avec les petits moyens qu’on a. on devrait effectuer d’autres stages et beaucoup d’autres choses mais par faute de moyens on est un peu limité. Mais quand même l’engagement et la volonté sont là et surtout il y a la santé donc on continuera à travailler pour atteindre l’objectif.

Est-ce qu’avec les moyens dont tu disposes présentement, tu pourras atteindre tes objectifs ? 

On ne sait jamais mais ça quand même difficile. De toute façon on croit bien et nous croisons les doigts et continuons à travailler pour atteindre les objectifs.  Parce que le haut niveau ce n’est pas que l’entraînement aussi. Il y a le côté financier, il y a l’alimentation, l’hébergement. La bourse que le Comité national Olympique et sportif du Mali ne couvre pas tous les besoins. Je suis obligé de faire d’autres choses à côté pour financer certaines choses qui rentrent dans le cadre de la préparation.

Vous avez besoin de quoi concrètement ?

J’ai exprimé mes besoins dans un rapport et j’ai programme pour préparer Paris 2024. Juste si on pouvait financer mes stages. En gros le moyen qu’on a besoin est d’ordre financière.

Quel est ton objectif aux JO de Paris 2024 ?

Mon objectif est de faire mieux que les JO précédentes. La fois passée je suis parti limiter. Quand même j’ai tout donné. Ce n’était pas du tout évident. J’ai fait ce que je pouvais. Cette fois-ci mon objectif est de passer les tours et se hisser en demi-finale et pourquoi pas en finale.

Est-ce que gagner une médaille aux JO est un rêve pour vous ?

Je pense que c’est le rêve de tous sportifs déjà de participer aux JO et c’est un rêve de tout athlète de remporter une médaille olympique aux JO. C’est quelque chose d’extraordinaire. Donc c’est un rêve pour moi et j’espère que ça va se réaliser. Mais il faut vraiment beaucoup de moyens et si on met des moyens à notre disposition pourquoi pas.

Vous allez compétir dans quel domaine lors des JO de Paris 2024 ?

Pour le moment je n’ai pas fait les minimas, je compte les faire dans les courses à venir. Pour le moment je suis sélectionné dans les bases de données. Il y a un programme, dans les pays où les athlètes n’ont pas fait le minima dont les fédérations et les comités doivent engager un athlète. Pour le moment je suis engagé dans le chapitre des 100 mètres. Mais ma discipline de base c’est les 200 mètres donc je compte faire les minimas du 200 mètres cette saison.

Est-ce possible de prendre part dans 2 domaines différents aux JO ?

Pas les deux. Au cas où je ne vais pas réussir les minimas, je vais compétir dans les 100 mètres. Mais si je faisais les minimas je ne ferais que les 200 mètres. Les conditions sont de réaliser les minimas dans un certain temps. Du coup, je suis à 20’52’’ il faut que j’arrive à faire 20’17’’ pour pouvoir passer officiellement et faire mon programme.

C’est quoi votre mot de la fin de cette interview ?

C’est vous remercier. Parce que les journalistes sont nos voix et j’espère que les personnes de bonnes volontés et les dirigeants vont entendre ça et vont nous accompagner pour qu’on puisse réaliser nos rêves et honoré le Mali dans l’international.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préparatifs CHAN 2022 : courte victoire du Mali devant la RDC

Le Mali s’est imposé face àla RD Congo (1-0), le mardi 10 janvier 2023 au stade Bou Ali Lahouar de Sousse en Tunisie. Ce match entre dans le cadre des préparatifs de la 7e édition du Championnat d’Afrique des Nations CHAN Algérie 2022. L’unique but du match a été inscrit par Makan Samabali à la […]

Vidéo Cri de cœur des Champions d’Afrique CAN U17 Gabon 2017

Sacrée championne d’Afrique de la CAN des moins de 17 ans au Gabon en 2017, l’équipe nationale Cadette de football du Mali attend toujours les promesses faites par le ministre des sports. Vidéo de la réaction de quelques membres de la deuxième campagne victorieuse du Mali en CAN U17.

Nos expatriés : Amadou, Massadio, passeurs décisifs

Amadou Haidara et Massadio Haidara ont distillés chacun une passe décisive ce week-end en Allemagne et en France. Découvrez l’actualité des expatriés maliens évoluant dans les championnats européens. Par Yacouba TANGARA Allemagne-Bundesliga (22e Journée) : Hoffenheim a gagné face à Arminia Bieledeld (2-0), à l’occasion de la 22e journée de Bundesliga d’Allemagne, dimanche 13 février 2022. […]

Qatar 2022: la date du tirage des barrages connue

La FIFA a communiqué la date du tirage au sort des matchs de barrages des éliminatoires de la coupe du monde Qatar 2022 (zone Afrique). La phase de poules des éliminatoires de la coupe du monde Qatar 2022 rendra son verdict en novembre 2021. Si le Sénégal et le Maroc ont déjà validé leur billet, […]

Nid des Aigles : Ibrahima Koné, le nouveau « bombardier »

Tant décriée, l’inefficacité offensive des Aigles est-elle enfin en passe d’être endiguée ? La tendance est à l’optimisme après la double confrontation Mali vs Kenya, en éliminatoire du Mondial Qatar 2022, où la ligne d’attaque s’est particulièrement illustrée en inscrivant 6 buts en 2 matchs. Yacouba TANGARA avec Mamadou Oury Diallo Un homme est sorti […]

CHAN 2021 : le reportage vidéo de la qualification du Mali en 1/4

L’équipe nationale locale a validé son billet pour les quarts de finale de la 6e édition du Championnat d’Afrique des Nations (Chan Cameroun 2021. Cela grâce à sa victoire face à celle du Zimbabwe battu par 1-0. La rencontre s’est disputée le dimanche 24 janvier 2021 au stade de Japoma de Douala au Cameroun.

CHAN 2021: le Mali et le Cameroun se neutralisent

Les Aigles locaux du Mali et leurs homologues du Cameroun se sont quittés sur un score de parité (1-1), au compte de la 2e journée du groupe A du Chan Cameroun 2021, le 20 janvier 2021 au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

Foot-Angleterre : Moussa Djenepo a repris

Blessé le 4 janvier 2021 lors de la 17e journée de Premier Ligue anglaise, Moussa Djenepo est entrain de se remettre petit à petit.  Mieux il a débuté à courir seul avec la complicité du kiné de Southampton (son club).

J’ai repris la course et l’entrainement individuel avec kiné.. », nous a confié l’ailier international malien. Nous lui souhaitons prompt rétablissement.

A titre de rappel, le virevoltant ailier international malien était sorti à la 32e mn suite à cette blessure à l’occasion de la victoire de Southampton devant Liverpool (1-0).

Prompt rétablissement El Commandante !

Par Yacouba TANGARA

Moussa Kyabou (Mali) : « Mon rêve est de jouer dans le championnat Anglais »

A 22 ans, l’international malien Moussa Kyabou rêve d’Angleterre. Le milieu de terrain qui a réalisé un bon début de tournoi avec les Aigles du Mali, avec une titularisation face au Burkina Faso, espère remporter le CHAN Total 2020 et graver son nom en lettres d’or. Entretien…

Une première rencontre dans ce CHAN Total 2020 face au Burkina Faso, soldée par une victoire. Un mot sur ce match ?

Le match était très soudé. Il faut savoir que depuis notre préparation à Bamako, nous sommes déterminés avec l’unique objectif de réaliser le meilleur départ possible dans la compétition. Dans ce genre de tournoi, l’essentiel est de gagner des points pour se qualifier au prochain tour.

Que penses-vous de la prestation des Aigles face au Burkina Faso ?

Dans l’ensemble, nous avons réalisé un bon match au vu des conditions de préparation avec l’arrêt de notre championnat local depuis plusieurs mois. Les joueurs burkinabés ont au moins quatre matches de championnat dans les jambes. Nous sommes entrés avec la ferme intention de remporter le match, en faisant le jeu tout en le gérant. Cela a été fait dès la première mi-temps avec plus d’attaques en seconde période à la suite des consignes de coach. Notre équipe peut faire des choses dans ce tournoi.

Un mot sur le prochain match face au Cameroun, pays hôte ?

Nous allons étudier le jeu des camerounais. C’est une bonne équipe, le pays organisateur en plus. Mais comme je vous ‘ai déjà déclaré, le Mali est présent dans ce tournoi pour gagner des matches et aller le plus loin possible. A nous de gérer notre jeu pour gagner plus de points avant les quarts.

Le CHAN Total est un tremplin pour les joueurs locaux. Croyez-vous à cela ?

Je suis ici avec le Mali pour remporter le tournoi. Je veux marquer mon nom dans l’histoire du football malien. Cela me permettra également de voir plus loin avec des opportunités dans des championnats étrangers. Nous devons nous donner au maximum pour réaliser un bon CHAN, et frapper aux yeux des recruteurs. Mon rêve est de jouer en Angleterre. J’aime leur football, et avec ce genre de compétition (NDLR : CHAN), nous avons la chance de prouver nos capacités pour aller ailleurs.

Source: cafonline.com