Compétitions Interclubs de la CAF : le Mali perd deux places !

0
613

Après le sacre du stade malien de Bamako en finale de la coupe CAF 2009, le Mali était présent dans les compétitions africaines des clubs par 4 clubs (2 en champions League et 2 en coupe CAF). Les cartes ont été rebattue par la CAF.

La CAF est revenu sur l’attribution des places aux des compétitions interclubs, le 17 juillet 2018. A cet égard, le Mali aura droit un club en League des Champions et un club en coupe CAF la saison prochaine (2018-2019). Le Mali était très bien parti après la victoire finale du Stade malien de Bamako en Coupe CAF de 2009. Après ce sacre, les représentants du Mali  étaient au nombre de quatre. Mais après, les clubs maliens ont multiplié les échecs surtout au niveau de la League africaines des champions, où aucun club du Mali n’est parvenu à accéder dans la phase de poule. Ces mauvaises performances des clubs maliens découlent en partie de la crise du football malien et de l’amateurisme du championnat. Par contre, force est de constater que c’est la crise de la fédération malienne de football qui a été l’élément déclencheur en 2015. Cette maudite crise du football pénalise les jeunes talents et vient de précipiter ce retrait de deux places au Mali. Les clubs du Mali vont devoir batailler dur pour reconquérir les deux plus de plus. Ce n’est pas évident d’autant plus qu’à cause de la crise du football malien, la Fédération n’arrive plus à organiser un championnat national depuis la saison 2015-2016. C’est énorme !

Les douze pays qui ont droit à quatre clubs lors de la saison 2018-2019 sont : la Tunisie, l’Egypte, la RD Congo, le Maroc, l’Algérie, l’Afrique du Sud, le Soudan, la Zambie, la Libye, la Côte d’Ivoire, le Cameroun et le Mozambique.

A titre de rappel, le football malien est géré par un comité de normalisation depuis janvier 2018. Ce Conor, présidé par Me Dao Fatoumata Guindo semble être dépassé par les évènements. Ainsi, ce comité transitoire a du mal a organisé une assemblée générale élective de la Femafoot. Le retour à la normalité au niveau de la Fédération pourrait conduire le football  malien dans la bonne direction.

Yacouba TANGARA

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here