E.N de catégories du Mali: les critiques et propositions de Yacouba TANGARA

L’élimination des Aiglons du Mali de la CAN U20 de 2023 est la deuxième du genre après celle de 2021. Ces mauvaises habitudes interpellent. A la limite, c’est clairement une rupture de chaine qui ne dit pas son nom. Oui c’est réel, ces deux échecs n’ont pas les mêmes explications. Par contre, force est de savoir que la non-anticipation des décideurs et les mauvais choix dans les listes définitives ont joué un rôle important dans ces revers des Aiglons du Mali (version 2020 et 2022).

Comment dans un pays disposant d’innombrables talents, de centres de formations et d’Académies de références, on se donne le luxe de louper deux CAN U20 de suite. Alors que les catégories de jeunes font la force du Mali sur l’échiquier continental depuis 2015. Parce que c’est là qu’on a le plus brillé en remportant trois trophées continentaux (2 CAN U17) avec le Comité exécutif de feu Général Boubacar Baba Diarra et une CAN U20 sous le Comité transitoire de Mme Daou Fatoumata Guindo.

L’élimination fréquente des équipes de jeunes du Mali en tournoi zonal ces derniers temps est inquiétante pour la relève. Savez-vous qu’elle est synonyme  de sacrifice de la carrière de plusieurs jeunes ? Oui ! Parce ces équipes de catégories ont vu l’éclosion de plusieurs talents qui font la fierté du Mali aujourd’hui au plan international et avec l’équipe nationale fanion du Mali. Ces jeunes contribuent aussi au développement du pays en retour. Après les générations dirigée respectivement par Baye Ba en 2015 et Jonas Komla 2017, combien de jeunes ont pu atteindre les grandes écuries européennes via les équipes nationales de catégories ces temps-ci par ce canal ? C’est peu ! Alors que ce n’est pas par manque de talents. Maintenant, les Académies et Centres vendent plus que les équipes nationales de catégories à cause de la répétition des mauvaises performances.

Ma proposition pour sortir de cette situation :

Pour moi, la réussite avec les sélections de catégories (U15, U17, U20), est liée le plus souvent à une bonne sélection. Obligatoirement, il faut un entraîneur ou formateur expérimenté qui résiste aux pressions extérieures pour réussir cette mission. Ce dernier ne doit pas favoriser un tel ou un tel, doit retenir les meilleurs dans leur poste respectif. Il faut également inclure d’autres techniciens compétents pour dénicher des talents et les jeunes au mental d’acier, capable d’intégrer ces différentes équipes nationales. La Fédération doit activer les antennes des DTN (Direction technique Nationale) dans les régions pour qu’au moment des sélections chaque région envoie sa meilleure équipe dans les différentes catégories.

En ce moment, on peut organiser une dernière phase de détection en présence des entraîneurs et de la Direction technique nationale. Ainsi, il est important dans un premier temps de recourir à des entraîneurs qui ont le vécu en la matière pour réduire les échecs. Déjà, le Mali a la chance d’avoir des entraîneurs qui ont prouvé à ce niveau. A la fédération malienne de football d’effectuer les nominations des entraîneurs sans tergiverser afin que ces derniers puissent gagner du temps pour bien travailler. Ce travail ne doit pas atteindre le mois prochain. C’est maintenant ou jamais si on veut se qualifier pour la prochaine édition.

 

Yacouba TANGARA