Football malien-Conor : manipuler pour mieux régner ?

0
624

L’élection de la Ligue régionale de football de Ségou est devenu un prétexte pour le Comité de normalisation du football malien (Conor) pour se maintenir encore. Cruellement le Conor est en passe d’aller au dilatoire, en organisant l’Assemblée générale élective de la Ligue de Ségou, en violant les textes après des réserves formulées sur de la mise en place des 5 Districts de Ségou. Cela fait suite à l’exclusion illégale de certains membres de droit. Le bout du tunnel s’éloigne encore ?

 

Pour résoudre le problème de la Ligue de football de Ségou, le Conor avait décidé de reprendre les élections au niveau des cinq Districts de la localité. Le hic, c’est que selon une source proche de la Fédération, le Conor a fixé l’élection de la Ligue de Ségou pour ce samedi 4 août 2018 sans régler les litiges portés devant la commission de recours. A cet égard, l’AS Salmamy de San, championne en titre du championnat de D2 de de Ségou a été exclue de l’Assemblée générale élective du District de football de San, en violation flagrante des textes de la Fédération malienne de football et du Conor même.

Créée en 2016, l’AS Salmamy a obtenu son affiliation le 11 janvier 2017 sous le numéro 772. L’Article 12.4 des Statuts de la FEMAFOOT stipule que : « le nouveau membre acquiert les droits et les obligations découlant de son statut dès que son admission est affective. Ses délégués ont le droit de vote et sont éligibles dès cet instant ». Aussi à travers la Décision N°020 du CONOR, en date du 28 Mai 2018, ordonnant le renouvellement du bureau du District de Football de San, il est écrit : « seront convoqués à cette Assemblée Générale élective les membres ayant droit de vote à la date du 25 mai 2017 ». Sans doute, l’AS Salmamy avait déjà ce droit de vote.

Dao Fatoumata GUINDO, présidente du CONOR

Dans la même région de Ségou, le bureau sortant du District de Barouéli, s’insurge de n’avoir pas reçu de notification pour la préparation de l’AG Elective du 9 Juin 2018 en vue de convoquer les ayants droits au délibéré du vote (les clubs). Or, les Statuts de la Ligue de Football de Ségou dans leur Article 4 (Membres Directs) disent que : « les membres directs de la Ligue de Football de Ségou sont : les clubs amateurs de 1ère et de 2eme division et les Districts de Football de la Région ».

Autant le CONOR ou la FEMAFOOT ne convoquera pas et n’organisera pas l’AG Elective de la Ligue de Football de Ségou (son membre direct) autant cette dernière ne peut convoquer ou organiser notre AG Elective. Il y a donc un vice de forme.

Par rapport aux District de football de Niono, L’AS Séribala, un club du District de Niono, affilié en mars 2017 à la FEMAFOOT a été exclu du vote, alors que la Décision N°0018 du CONOR, en date du 20 Avril 2018, stipule en son Article 4 que : « Seront convoqués à cette Assemblée Elective les membres ayant droit de vote à la date du 25 mai 2017 ». Donc bien dans la fourchette.

Au contraire, le Bronconi A. C n’est plus en compétition depuis la saison sportive 2014-2015. Cela fait au moins deux saisons sportives en inactivité. L’Article 18.4 des Statuts de la FEMAFOOT notifie que : « les membres qui ne participent pas aux activités sportives de la FEMAFOOT pendant 2 années consécutives sont suspendus de leur droit de vote à l’AG et leurs représentants ne peuvent pas être élus ni convoqués tant qu’ils n’ont pas remplis leurs obligations à cet égard ».

Même son de cloche à Macina, où plusieurs clubs sont inactifs depuis un bon moment. Il s’agit : de l’AS Douga qui n’a plus joué en compétition depuis la saison sportive 2008-2009, de l’AS Falé depuis la saison sportive 2011-2012.

De leur côté, l’AS Mierouba et l’AS Karadougou ont été affiliés en décembre 2012, juste pour participer à l’AG élective du 11 Janvier 2013. En dépit de cela, ces deux clubs n’ont jamais produit, même une licence à ses joueurs, encore moins jouer une compétition.

Ces 4 clubs cités plus haut sont en porte à faux avec les textes de la FEMAFOOT, surtout en son article 15 (Statuts) : « Tout club qui ne participe pas aux compétitions officielles durant trois saisons consécutives est automatiquement radié. Tout club radié ne pourra être ré-affilié qu’après qu’il ait présenté un nouveau dossier conformément aux prescriptions de l’Article 11 des présents statuts ».

Alerté depuis au début du mois de juin 2018 sur ces cas, le Conor n’a pas répondu à ces sollicitations, pourtant nécessaire pour mettre fin à cette situation qui conduit directement le football malien dans l’enfer sur terre.

Rappel : installé le 10 janvier 2018, le Comité de normalisation du football malien (Conor) a épuisé son premier mandat de 4 mois en avril 2018, sans parvenir à organiser l’AG élective de la Fédération. Prolongé le 30 avril 2018 pour 6 mois de plus (30 avril-31 octobre 2018), normalement l’appel candidature pour l’AG de la Femafoot doit être lancé en début août (statuts de la Femafoot). Pour le moment le Conor joue un mauvais jeu. Ce n’est pas dans l’intérêt du football malien. Il y a deux saisons, le championnat ne se joue pas correctement. A ce rythme, la nouvelle saison est menacée à son tour. A quand la fin de cette malédiction ? Le Conor a-t-il un agenda caché. L’avenir nous en dira plus.

 

COACH

 

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here