Football malien : la pression s’accentue sur le Conor

Prorogé en avril 2018 pour un mandat de 6 mois, le Comité de normalisation du football malien (Conor) traine par rapport à l’organisation de l’assemblée générale élective de la Femafoot. Ce qui n’est pas du goût des acteurs.

Par COACH

A cet égard, le Collectif des 13 clubs de Ligue 1 sur 20, des clubs de Ligue 2, D3 et du football féminin veut passer à l’acte. Selon une source proche du collectif ces actions débuteront dès ce week-end. Ladite source n’a pas précisé la nature des actions qui seront menées pour écourter les ambitions démesurées de Mme Fatoumata Guindo et ses compagnons. Installée le 10 janvier 2018 pour un mandat de 4 mois, l’équipe dirigée par Mme Daou Fatoumatou Guindo, présidente du Conor malien n’a pas contribué à l’essor du football malien.

Mme Daou Fatoumatou Guindo, présidente du Conor

Au contraire, l’avènement du Conor a contribué à la descente dans l’enfer du football malien. Les conséquences sont nombreuses : la CAF a retiré deux places au Mali au chapitre des compétitions interclubs et l’équipe nationale U-17 du Mali (double tenant du titre), a été éliminé de la CAN Tanzanie 2019, il n’y a eu de championnats (L1, D2 et D3) au Mali la saison écoulée (2017-2018).

Rappel : le deuxième mandat du Conor lancé le 30 avril 2018 arrive à terme le 31 octobre 2018.  Le travail du Comité transitoire du football malien sera achevé obligatoirement par l’organisation de l’assemblée générale élective. La présidente a annoncé dans une conférence de presse que cette AG aura lieu les 10 derniers jours du mois d’octobre 2018.

Affaire à suivre !