La rubrique qui retrace le passé glorieux des anciennes  stars du sport malien afin que la jeune génération s’en inspire pour écrire une belle page de leur carrière est allée à la découverte de Mamadou Keïta dit Capi, un ancien gardien de but du Stade malien de Bamako et de l’équipe nationale du Mali qui a consacré plus de 50 ans de sa vie à l’essor du football malien.

Par Nabila Moussa

Feu Mamadou Keïta dit Capi un joueur au tempérament effervescent a commencé le football comme beaucoup de jeunes de sa génération dans le quartier. Natif de Médina Coura, c’est dans ce quartier populaire en plein cœur de Bamako, quartier sportif par excellence qu’il commence à affuter ses premiers arrêts. Des arrêts spectaculaires qui seront sa marque de fabrique et qui le conduiront sur les plus belles pelouses du continent.

C’est dans les buts du Stade malien de Bamako que Mamadou Keïta dit Capi réalises ses premiers exploits en guidant l’équipe vers sa première finale continentale contre l’Oryx de Douala. Une finale certes perdue par le Stade mais avec un Mamadou Keïta étincelant et repoussant à plusieurs reprises les assauts des attaquants adverses. Ses multiples exploits dans la cage du Stade malien lui ouvrent naturellement les portes de l’équipe nationale du Mali avec laquelle il termine à la seconde place de la Coupe d’Afrique des Nations de Yaoundé 1972.

Après cette conquête, il arrange ses gangs et endosse le costume d’entraineur après des formations en Allemagne. Sous sa conduite, il façonne une génération de jeunes joueurs dénommée le ‘’jardin d’enfants’’ qui bousculent tout sur leur passage avec à la clé des trophées. Sa renommée dépasse les frontières maliennes. Mamadou Keïta dit Capi  sa valise en Côte d’Ivoire et dans d’autres pays du continent.

Sur le plan des Aigles, c’est lui qui signe le retour des aigles sur la scène footballistique continental après 23 ans de disette en 1994 à Tunis. Une CAN où les aigles termineront sur la troisième quatrième marche du podium derrière le Nigeria, la Zambie et la Côte d’Ivoire. L’homme qui consacra plus de 50 ans de sa vie à l’essor du football malien tire sa révérence un certain 09 Avril 2008 laissant derrière lui un public sportif inconsolable.

Un dernier hommage lui a été rendu par le public sportif au Stade omnisports Modibo Keïta, un stade qui lui avait vu stopper les assauts des plus grands attaquants de son époque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici